Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juillet 2011 4 14 /07 /juillet /2011 15:19

20 ans de compétition de voile en solitaire ça ne s'oublie pas.

Pourquoi la compétition?

Pour gagner!

Mais paradoxalement, de toutes mes régates, une seule manche m'a marquée.

Une défaite.

J'étais au Danemark, je regardais défiler les dépressions.

Avec mes 48 Kg je ne faisais pas le poids.

Le parcours était terrible. C'était un super olympique. C'est à dire qu'il fallait faire un tour de plus.

Ecrire "un tour de plus" ce n'est rien. Mais sur l'eau, par force 5/6, c'est une heure de plus de souffrance.

J'étais dernière.

Etre dernière, c'est ne voir que du bleu quand on se retourne.

J'étais sur l'eau depuis 8 heures du matin, soit 9 heures passées à me battre.

J'en avais ras le bol et à chaque vague mal négociée, je me faisais la promesse d'arrêter la voile.

Lorsque le premier a franchi la ligne d'arrivée j'ai entendu le coup de canon. J'ai mis mon chronomètre sur 30 minutes car au bout de ce délai, la ligne serait fermée. La régate serait finie. Terminée!

A ce moment le vent s'est renforcé, j'étais épuisée, j'en avais plein les bottes.

J'ai eu envie d'abandonner.

L'abandon ça veut dire choquer sa voile, abattre et rentrer au port.

Mais en 20 ans, sauf avarie, je n'ai jamais abandonné.

Question d'honneur sans doute.

Ce jour-là, j'étais à une centaine de mètres de la ligne d'arrivée lorsque j'ai entendu le coup de canon qui fermait la ligne.

Fin de la régate.

Devant moi j'ai vu des bateaux qui faisaient demi-tour, pour quitter cet enfer.

J'ai continué.

Obstinément. 

9 heures sur l'eau dans ces conditions, c'est une sorte de mise entre parenthèses.

Mon corps, mes muscles font le boulot, mais mon esprit n'est plus que de la volonté. De la volonté brute qui me dépasse et échappe à toute raison.

Quand j'ai ouvert les yeux, je n'étais plus qu'à quelques mètres seulement du bateau comité.

Ces sacrés Danois m'avaient attendue.

Et lorsque je suis passée à leur niveau, franchissant une ligne d'arrivée invisible, ils ont tiré un coup de canon et m'ont applaudie.

J'étais bien plus que dernière. Hors classement. Hors tout.

Mais ce jour-là, dans la défaite absolue, je me suis trouvée.

J'ai salué de la tête les organisateurs et les membres du jury les larmes aux yeux. Touchée.

Je ne peux pas oublier cet instant. Cette défaite est ma plus belle victoire.

Et quand rien ne va plus dans ma vie, ce souvenir me réchauffe le coeur.

Parce que je sais que je peux compter sur ma volonté et qu'un coup de canon saluera mes efforts.

Je peux compter sur moi.

laser2-good.JPG

 

Partager cet article

Repost 0
Published by monique.plantier.over-blog.com - dans Humeurs - découvertes - partages
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de monique.plantier.over-blog.com
  • Le blog de monique.plantier.over-blog.com
  • : Une respiration...
  • Contact

Météo Ardéchoise

Recherche

Autocitation

"Attention, l'abus de certaines lectures peut provoquer une sensation de bien-être"

 

Pages

Liens